Sculpture de citrouilles

 

Halloween approche, et ici en Écosse, les gens commencent à décorer leur maison. La tradition veut qu’une citrouille creusée et allumée soit placée sur le perron. Jamais auparavant je n’avais creusé une citrouille comme en France Halloween est beaucoup moins répandu. J’ai été impressionnée par les efforts et l’imagination dont les anglosaxons font preuve pour sculpter leur citrouille. Et oui, c’est de l’art ! Voici quelques images pour vous donner une idée de ce qui se fait.

Si vous voulez vous y mettre, le mieux c’est d’acheter un kit de sculpture de citrouille avec les outils nécessaires et quelques pochoirs. J’ai trouvé un kit ici (sans pochoirs) et un autre ici.

Have fun !

 

 

 

 

 

 

 

 

Réponses d’élèves au bac

 

L’éducation de nos enfants est bien évidemment très importante pour nous, à Labels4Kids cependant nous savons tous que la façon dont ils perçoivent le monde peut être très amusante.

Par exemple, jetez un coup d’œil aux réponses d’examens ; même si cela constitue la grande  frustration des enseignants qui désespèrent à faire rentrer l’histoire et les maths dans la tête de leurs élèves, elles m’ont fait bien rire!

Voici ci-dessous quelques unes de mes préférées toutes catégories confondues que j’ai pu lire sur le site de l’internaute ici :

  • Une tonne pèse au moins 100 kilos surtout si elle est lourde.
  • Le gouvernement de Vichy siégeait à Bordeaux.
  • Le caviar pousse dans des poissons très chers.
  • Louis XV était l’arrière petit fils de son oncle Louis XIV.
  • Napoléon est mort guillotiné, tout comme Bonaparte.
  • La drôle de guerre, cependant, n’a fait rire personne.
  • PVD : Pays en Voie de Disparition
  • L’Ile de France possède une flotte impressionnante.

Perso, je ne me souviens pas avoir écrit de telles réponses à mes contrôles, mais j’irai jeter un œil à mes vieux cahiers (je garde tout, c’est une manie); j’en trouverai surement des bien marrantes !

 

 

 

Introduire les tablettes à l’école?

 

De nos jours la plupart de nos vies se passent sur Internet. Que ce soit au travail ou à la maison, il est juste de dire que les technologies prennent une place très importante dans notre quotidien. Après plusieurs débats dans les médias sur ce phénomène, c’est aujourd’hui la question des technologies à l’école dont on parle le plus.

De l’introduction des tableaux numériques aux tests en ligne et aux logiciels vidéo, les écoles deviennent de plus en plus high-tech. Est-ce une mauvaise chose ?

Soyons honnêtes, les technologies et la vitesse à laquelle elles se développent sont extraordinaires et intéressent les enfants. Entre leur faire compléter des cases et leur faire écrire une histoire sur un I-Pad les élèves choisiront de créer une histoire et il y a de grandes chances pour que cela reste dans leur tête. En maths, être capable de visualiser les proportions en travaillant sur les pourcentages avec des graphiques numériques de manière interactive est bien mieux qu’une liste de sommes et d’équations. En science, pouvoir accéder à des vidéos sur des expériences rend plus facile la compréhension plutôt que de lire le manuel scolaire.

Tout cela paraît très attractif et aujourd’hui, ce ne sont pas moins de 246 établissements scolaires en France, tous niveaux confondus, qui ont pu d’ores et déjà tester les tablettes. La tendance à introduire ces nouvelles technologies dans les écoles inquiète plus d’un parent. Moi-même pour être tout à fait franche, je me sens un peu technophobe sur les bords.

Et pourtant… si on lit les articles, les bilans ou les témoignages de certains parents et enseignants à propos des tablettes, je dirai que 9 sur 10 sont positifs. Sur le plan pédagogique la tablette permet de rendre plus interactif une leçon d’histoire ou un exercice d’anglais. Le nombre d’applications varie selon le système d’exploitation et la marque mais quelque soit la tablette, l’enseignant peut diversifier les supports de cours entre document, photos, reportage, vidéo, exercices et entrainement à la prononciation.

Ce qui est problématique avec les gadgets technologiques sont en fait les jeux, les réseaux sociaux et les sites de divertissement. Car effectivement, tout cela a un caractère addictif. Mais en classe, sur des tablettes distribuées par l’école, les applications sont pré-installées et l’accès internet et aux sites extra-scolaires sont contrôlés. Reste à savoir à partir de quel âge introduire les tablettes étant donné leur coût et leur fragilité entre les mains d’un enfant de 8 ans. Bic et Intel on très bien anticipé cela en concevant une tablette scolaire qui résistent aux chocs ainsi dédiée aux jeunes enfants du primaire.

 

 

Quelques conseils pour que Bébé dorme de longues nuits

 

Chaque bébé est différent, Ann-Maree pourra vous le confirmer après avoir eu 3 garçons qui lui en ont fait voir de toutes les couleurs. Robert était plutôt calme, mais les deux autres, des vrais brailleurs!

La galère n°1 des parents est d’arriver à faire dormir Bébé, ce qui est bien souvent loin d’être la chose la plus aisée.

Maintenant que nous avons notre nouvelle recrue Amy, 5 mois (trop choupinette !) nous avons pu tester certaines astuces pour la faire dormir. Et croyez-moi, c’est une vraie chipie! Si vous ne savez donc plus quoi faire pour que Bébé dorme (et soyons honnêtes, quasiment tout le monde est passé par là), voici quelques suggestions qui pourraient vous aider. Vous en avez surement déjà essayées certaines mais jetez-y quand même un œil, sait-on jamais que l’une d’entre elle puisse être utile.


  • Établissez une routine pour l’heure du dodo. Apparemment une routine donne à votre bébé une sorte de sécurité et peut l’encourager à dormir plus longtemps. Avant d’aller au lit, laissez votre bébé ramper et se fatiguer puis donnez-lui un bon bain chaud (ou un gros câlin). Ce qui peut également aider est de baisser les lumières pendants que vous l’allaitez et faire la même chose tous les soirs.
  • Apprenez à repérer les signes de fatigue et sautez sur l’occasion pour le mettre au lit.
  • Marquez la différence entre le jour et la nuit, en gardant la pièce éclairée, bruyante avec des couleurs vives pendant la journée et sombre et calme la nuit pour faire comprendre que la nuit est pour dormir.
  • Un objet tel qu’une couverture ou un doudou peut souvent les endormir, vu le nombre d’adultes que je connais et qui ont encore leur nounours avec eux toutes les nuits!
  • Assurez-vous que votre bébé soit réveillé quand vous le mettez au lit le soir ; habituez-le à s’endormir dans leur berceau.
  • Si vous le pouvez, laissez votre bébé pleurer pendant 3 minutes puis prenez-le et la fois d’après laissez passer 5 minutes et votre bébé finira par se calmer et tomber de fatigue.
  • Si vous le pouvez au début, restez à côté du berceau puis quittez la pièce.

J’espère que cela vous aide, mais si vous avez trouvé d’autres moyens pour amener  votre bébé à dormir de longues nuits, dites-le nous que l’on fasse bénéficier les parents fatigués!

 

Vaincre la peur de l’eau

 

Petite, j’avais très peur de la piscine. Chaque semaine nous y allions avec l’école et chaque fois je paniquais. J’avais des nausées, des crampes d’estomac et suppliais du regard ma tata pour qu’elle me laisse à la maison ce jour là. J’ai aussi essayé de cacher mon sac de piscine à la maitresse pour pouvoir rester sur le banc et elle m’a mise au coin pour lui avoir mentie.

Bref, j’avais horreur de la piscine. Bizarrement, la mer ne me dérangeait pas. Mon père y est allé très doucement et ne me forçais jamais à m’avancer dans l’eau. Plus tard, c’est lui qui m’a apprise à nager et m’a habituée petit à petit à l’eau. En revanche, je n’ai appris à nager avec l’école. Mon tout premier souvenir de piscine est celui d’un maître nageur qui me jette dans l’eau et moi qui boit la tasse.

Aujourd’hui, je n’ai plus peur de la piscine et je suis capable de nager la brasse et de plonger. Il m’aura fallu plusieurs années pour m’y mettre, j’avais surtout peur de la tête sous l’eau.

Généralement, cette peur provient d’une mauvaise expérience avec l’eau et bien souvent  l’enfant en est inconscient. Cela peut venir d’une mauvaise expérience à l’école, d’un mauvais souvenir ou bien même de la peur d’un des parents.

Si vous rencontrez ce problème avec votre enfant, sachez que la patience et la douceur sont primordiales pour qu’il puisse surmonter sa peur. La pression ou la force ne feront que le bloquer.

Des cours de natation l’aideront à apprendre à nager mais avant cette étape, prenez-le doucement dans l’eau avec vous pour le rassurer. N’hésitez pas à l’équiper de brassards et de lunettes pour qu’il se sente plus en sécurité. Si vous sentez qu’il y a un problème à l’école, parlez-en avec l’enseignant ou le maitre nageur.

Si vous souhaitez plus de renseignements ou si vous avez besoin de conseils n’hésitez pas à vous rendre sur le site « Le pied dans l’eau« .

 

« Older posts